Sur les épaules d’un géant

Edouard Frignet des Préaux, 63 ans, s’en est allé rejoindre la rive de l’immensité en septembre dernier. GORDON CROSSINGS, souhaite rendre hommage à cet humaniste, visionnaire de l’entreprise comme lieu de bonheur et d’épanouissement de chacun.

Edouard a eu la chance de croiser le chemin de WL GORE France. C’était en 1979, la filiale française de cette entreprise américaine venait d’ouvrir à Versailles. Les bureaux, un appartement proche du château, accueillait les 5 premiers associés français de cette société américaine qui commençait son développement en Europe. La société, fondée dans le Delaware en 1958 par Bill and Vieve Gore avait

déjà 20 ans d’existence et 20 ans de pratique de son « UN-Management » imaginé par Bill GORE.

Le « Un-Management » ou le non management, consiste à organiser l’entreprise sur la responsabilité de chacun. Bill GORE croyait en la théorie Y de MC GREGOR « L’homme aime travailler, il en a même besoin pour son équilibre. Il a besoin d’être responsable, de sentir la confiance, il est alors motivé et fait le maximum ».

C’est ainsi que WL GORE est organisée avec autant de liberté que possible, où la confiance est au cœur du fonctionnement. Pas de rang, pas de titre, mais des missions définies par chaque associé, par l’engagement de chacun à faire avancer le bateau commun que représente l’entreprise.

Ces dernières années, W.L. Gore a souvent été récompensée comme étant l’un des meilleurs employeurs dans le classement « Best Work places in France ». W.L GORE est également expliquée en modèle dans de nombreux livres d’évolutions du management et notamment présentée comme un modèle d’entreprise libérée par Isaac Getz.

Sa culture d’entreprise unique a contribué à ce succès, notamment sa structure organisationnelle flexible sans hiérarchie qui favorise le potentiel, la créativité et l’auto-responsabilisation de chaque associé.

Edouard Frignet y a passé 35 ans, soit quasiment toute sa vie professionnelle. Ce qu’il a retenu c’est l’aventure humaine collective. Qui dit Liberté, dit confiance et grand respect de chacun. Une attitude qui devient un art de vivre. Edouard avait ce grand respect de chacun dans sa vie professionnelle et personnelle.

C’était un altruiste, il voyait le potentiel de chaque personne et aimait à contribuer à le développer.

Chez W.L GORE, Edouard et ses équipes avaient suivi le programme GORDON communication dès les années 1990. L’écoute active fait partie intégrante de l’attitude des associés de WL GORE qui communiquent spontanément avec toutes les personnes de l’entreprise quelque soit leur mission.

Depuis la création de son cabinet d’accompagnement à la transformation des entreprises, il recommandait systématiquement des formations GORDON aux entreprises en transition vers moins de hiérarchie. Libérer une entreprise, c’est aussi libérer la communication, libérer la parole. Le respect de soi et des autres s’apprend.

Edouard avait cet énorme respect de l’autre. Il était un excellent ambassadeur de la communication efficace, il en était un digne utilisateur dans sa vie quotidienne, où sa parole était un message positif permanent, agréable à entendre, que son équipe et son entourage aimaient à revenir chercher. Son leadership fut largement renforcé par cette manière d’être et de communiquer issue d’une certaine “GORDON attitude ».

 

Article écrit par Isabelle Frignet