Identifier vos principales « maladies du temps » !

François Gamonnet, expert en gestion du temps, auteur de « savoir mieux gérer son temps » en 1982 aux Editions d’Organisation, a mis au point une méthode à la fois pertinente et ludique pour diagnostiquer notre relation au temps et mieux comprendre nos difficultés. 

Il propose de diagnostiquer la présence de l’une de ces 4 principales « maladies » du temps :

La « TEMPSDINITE », qui correspond à une inflammation du temps. Tout prend plus de temps que prévu, les délais s’allongent, les retards et les dossiers s’accumulent, les journées ne sont jamais assez longues, le surmenage s’installe, etc.

Bien souvent, les personnes qui souffrent de « tempsdinite » ont du mal à estimer correctement les durées nécessaires à l’accomplissement des tâches. Elles n’utilisent pas bien ou pas suffisamment leur agenda ou les outils de gestion de projet. Les objectifs fixés et la charge de travail ne sont pas assez clarifiés et évalués. Il s’agit donc principalement d’améliorer son système d’organisation et de planification.

La « LIFOPHILIE », de l’anglais « last in first out », la dernière tâche qui arrive est traitée en premier, tout devient au fur et à mesure urgent. Le « lifophile » est constamment confronté aux urgences et aux imprévus, d’autant plus qu’il attend généralement la dernière minute pour entreprendre certaines tâches, il « procrastine ».

L’un des problèmes est que le sentiment d’urgence devient un stimulant addictif et parfois même un booster de la créativité et de la productivité !

La confusion progressive entre l’urgent et l’important fait perdre le sens des priorités. La personne n’arrive plus à se projeter sur du long terme. Si le « lifophile » manage une équipe, il y a de fortes chances que ses collaborateurs soient constamment en stress…

C’est principalement un problème d’autodiscipline et de priorisation.

La « CHRONOPHAGIE », c’est-à-dire l’omniprésence des « mangeurs » (ou voleurs) de temps, est l’une des maladies du temps les plus répandues. Les chronophages peuvent être de toute sorte : téléphone, emails, sms, réseaux sociaux, réunions, interruptions des collègues, demandes pressantes de la hiérarchie, conversations hors sujet, bruits divers, bureaux ouverts, mauvais rangement, mauvaise organisation personnelle, temps de trajet… Les chronophages cumulés peuvent donc faire perdre un temps considérable, enrayer la concentration, provoquer des erreurs et même créer un sentiment de persécution et de perte de contrôle sur son emploi du temps. La « Courrielite » et la « Réunionite » sont deux variantes de la « Chronophagie ».

Là encore, il s’agit d’identifier ses principaux « chronophages » et de trouver des antidotes personnels qui passent par la discipline, l’organisation et aussi l’affirmation de soi pour ne plus subir.

La « OUÏTE » qui, comme son nom l’indique, est la propension à dire tout le temps « oui » et à avoir beaucoup de difficulté à dire « non ». Derrière la « Ouïte » se cachent généralement des peurs diversifiées : la peur de déplaire, de donner une mauvaise image de soi, la peur d’avoir des problèmes, la peur du conflit… La personne pense qu’elle n’a pas le choix, que c’est comme ça, qu’elle est obligée d’accepter toute requête, toute demande d’aide, toute urgence qui vient bousculer son organisation personnelle. La surcharge de travail n’est pas loin… Souvent, la « Ouïte » révèle un manque de confiance en soi, d’affirmation de ses besoins, des craintes irraisonnées ou encore un besoin de reconnaissance exacerbé. Cette « maladie » est souvent plus difficile à « soigner » que les autres car il s’agit d’un travail d’introspection individuel lié à la personnalité et pas seulement à un développement de compétences organisationnelles.

Nous vous proposons de télécharger ce test en ligne afin de diagnostiquer vous-mêmes vos principales « maladies du temps » et d’envisager votre programme personnel d’amélioration, car votre temps est précieux !